Bitcoin
41,535
Bitcoin
$ 50,093
Bitcoin
41,535

Dans la folle ambiance des «kermesses» de Brazzaville

En cette période de vacances scolaires, la capitale congolaise vibre au rythme des opérations de promotion, organisées par des entreprises. Des particuliers désireux de lancer leurs produits sont également à l’initiative de ces manifestations, baptisées « kermesses» à cause de leur propension à se muer en des fêtes où l’on boit et danse sans retenue jusqu’au petit matin.

Organisées généralement dans des lieux publics, les « kermesses » démarrent timidement dans la journée avant de s’animer à partir de 18h, moment où un public âgé pour la plupart entre 15 et 25 ans, arrive. Celui-ci vient manger, s’enivrer et danser jusqu’à l’aube.

Selon le responsable d’une brasserie, chaque jour, entre 18h et 5h le lendemain, les ventes de bière peuvent atteindre « pas moins de 60 casiers toutes marques confondues ».

L’astuce utilisée par Alfred Ngatsé, gérant d’un bar, est sans doute pour quelque chose dans ces soirées bien arrosées. « Le client qui achète deux bouteilles de bière est gratifié d’une troisième bouteille. Ce qui fait que les clients affluent et qu’on soit parfois débordé », indique-t-il.

Couvant du regard sa clientèle juvénile, il explique que les jeunes s’associent par groupes de deux ou quatre en vue de se cotiser un minimum de 5000 FCFA, une somme nécessaire pour garnir de bouteilles de bière une table.  Un regard circulaire à l’intérieur d’une « kermesse » permet de se rendre compte que des dizaines bouteilles de bière et des plats de grillade trônent sur plusieurs tables autour desquelles sont assis de guillerets adolescents. 

L’ivresse aidant et à mesure qu’avance la nuit, l’ambiance bon enfant cède de plus en plus le pas à des gestes et comportements à la limite du permis. De vives discussions basculent bien souvent en violentes bagarres.

Face au silence des autorités municipales, en dépit de plusieurs plaintes, les populations riveraines ne cessent d’élever la voix pour dénoncer la nuisance sonore des «kermesse » et les salissures que laissent derrière eux les fêtards.