fr
fr
Bitcoin
15,883
Bitcoin
$ 16,541
Bitcoin
15,883

Zimbabwe : la récession économique met à mal le système éducatif

Le Président de la République Emmerson Mnangangwa n’est pas parvenu à tenir sa promesse d’une relance économique dans ce pays pourtant favorable à l’agriculture et riche de ses ressources naturelles. La crise économique s’enlise et touche les enseignants à titre individuel et il en est résulté une grève nationale.

La nation zimbabwéenne compte quelque 150 000 enseignants et 135 000 d’entre eux, soit 90% ont été suspendus. Motif : Ces derniers n’étaient pas présents lors de la rentrée faisant suite aux congés de fin d’année. Résultat : Des écoles fermées, vides, des enfants désœuvrés ou se livrant aux jeux dans les enceintes des établissements scolaires.

Pour comprendre réellement la situation économique du pays, il convient de revenir sur quelques chiffres publiés par la BAD courant 2020.

La Banque Africaine de Développement a publié ce qui suit :

« Avant la pandémie de COVID-19, l’économie du Zimbabwe connaissait déjà une période de récession, avec une contraction de 6,0 % en 2019. La chute de la production est attribuée à l’instabilité économique, à la suppression des subventions sur la farine de maïs, les combustibles et les prix de l’électricité, à la réduction des revenus en devises, et à la création monétaire excessive. L’apparition de la pandémie de COVID- 19 et une période de sécheresse prolongée ont entraîné une baisse de 10 % du PIB réel en 2020. L’inflation s’est envolée, avoisinant 622,8 % en 2020, contre 226,9 % en 2019. Des réformes des opérations de change ont été introduites en juin 2020, ce qui a freiné l’inflation qui sévissait à un taux annuel de 838 % en juillet. Le déficit budgétaire et de la balance courante se sont également redressés après le mois de juillet, mais se sont tous deux détériorés sur l’ensemble de l’année. Le déficit budgétaire est passé de 2,7 % en 2019 à 2,9 % en 2020, tandis que la balance courante est passée d’une situation excédentaire de 1,1 % du PIB en 2019 à un déficit de 1,9 % en 2020. Le cours du ZWL s’est déprécié de ZWL2,5/1USD en février 2019 avant de se stabiliser à ZWL82/1 USD en décembre 2020. Le taux de pauvreté était de 70,5 % en 2019, tandis que le taux de chômage restait élevé à plus de 21 %. Le système bancaire est stable. Les banques ont de la marge de manœuvre pour augmenter les crédits. Le ratio emprunts/ dépôts était de 38,8 % en 2020, contre une valeur de référence de 70 %. Les emprunts non performants sont à 3,23 %, bien en dessous de la valeur de référence de 5 %. Le taux d’adéquation des fonds propres est trois fois plus élevé que l’exigence réglementaire de 12 %. »

Ainsi, la crise affecte le salaire des enseignants qui environnait la somme de 500 USD du temps du Président Robert Mugabe. Elle s’apparente désormais à une paie symbolique, ayant été abaissée jusqu’à 90 USD voire 80 USD pour certains d’entre eux. Ceci ne suffit même pas à couvrir les frais de déplacement comme certains le soulignent.

De telles tensions mettent davantage à mal une économie qui est pourtant censée décoller.

Leave a Reply

cinq − quatre =