fr
fr
Bitcoin
61,500
Bitcoin
$ 66,910
Bitcoin
61,500

Un Nouveau Chapitre pour le Sénégal : Ousmane Sonko Nommé Premier Ministre par le Président Bassirou Diomaye Faye

Dans un tournant politique historique, Bassirou Diomaye Faye a nommé Ousmane Sonko au poste de premier ministre, promettant un « changement systémique » et une souveraineté renforcée. Cette décision fait suite à l’élection de Faye en tant que cinquième président du Sénégal, marquant une transition significative dans le pays.

Le panafricaniste de gauche Bassirou Diomaye Faye a annoncé mardi soir la nomination d’Ousmane Sonko au poste de premier ministre, offrant ainsi une perspective de « changement systémique » et de renforcement de la souveraineté. Cette décision survient après que Faye soit devenu le cinquième président du Sénégal, selon un décret présidentiel lu par le secrétaire général de la présidence de la République, Oumar Samba Bâ, sur la télévision publique (RTS).

« Je mesure l’importance de la confiance que le président Faye a placée en ma personne », a déclaré M. Sonko, 49 ans, sur la RTS. Il a également annoncé la formation imminente d’un nouveau gouvernement.

Plus tôt dans la journée, le nouveau président Faye, 44 ans, a prêté serment devant des centaines d’officiels sénégalais ainsi que plusieurs chefs d’État et dirigeants africains au Centre des expositions de Diamniadio, près de Dakar. Par la suite, il a été accueilli par une foule enthousiaste de Dakarois le long des rues menant au palais présidentiel, symbolisant le transfert de pouvoir avec son prédécesseur, Macky Sall.

M. Faye, jamais élu auparavant, devient ainsi le plus jeune président du pays depuis son indépendance en 1960, moins de trois semaines après sa libération de prison. Son élection, après trois années de tensions et une crise préélectorale en 2024, a été qualifiée de « presque miraculeuse » par le président du Conseil constitutionnel, Mamadou Badio Camara.

Dans son discours d’investiture, M. Faye s’est engagé à un « changement systémique » et à faire du Sénégal un pays d’espérance, avec une justice indépendante et une démocratie renforcée. Il succède ainsi à Macky Sall, 62 ans, qui a dirigé le pays pendant 12 ans et maintenu des relations étroites avec l’Occident et la France, tout en diversifiant les partenariats.

Faye, un haut fonctionnaire de l’administration des impôts, a annoncé que la baisse du coût de la vie, la lutte contre la corruption et la réconciliation nationale seront parmi ses priorités. Son programme inclut également la sortie du franc CFA, la renégociation des contrats avec des compagnies étrangères pour l’exploitation du pétrole et du gaz, ainsi que la révision des accords miniers et de pêche.

Figure émergente d’une nouvelle génération politique, M. Faye se décrit comme un panafricaniste « de gauche », inspiré par des personnalités telles que l’ancien président américain Barack Obama et le héros de la lutte anti-apartheid Nelson Mandela. Il souhaite également le retour du Burkina Faso, du Mali et du Niger au sein de la Communauté des États ouest-africains (CEDEAO), ces pays étant confrontés au jihadisme et ayant récemment rompu avec la France pour se tourner vers la Russie.

Cette investiture, saluée par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, marque un nouveau chapitre pour le Sénégal. Elle intervient dans un contexte où la jeunesse sénégalaise, confrontée à un taux de chômage élevé, aspire à un changement significatif dans la gouvernance et la politique économique du pays.