fr
fr
Bitcoin
19,768
Bitcoin
$ 20,104
Bitcoin
19,768

Les propositions de l’ODEP à Tshisekedi sur le Finance publique

L’Observatoire des dépenses publiques, Odep en sigle, met en lumière quelques axes prioritaires du mandat du président de la République tant à la tête de l’Union africaine (UA) que dans son pays, la République démocratique du Congo (RDC). Globalement, il est question d’améliorer la gouvernance des finances publiques dans toute la région africaine. 

A la tête de l’Union africaine (UA) depuis le 6 février 2021, Félix-Antoine Tshisekedi, continue de recevoir des messages d’encouragement et des conseils en vue d’un fructueux mandat. Déjà, le lundi dernier, Félix-Antoine Tshisekedi a tenu sa toute première réunion à Addis-Abeba, en Éthiopie. Il a inscrit son mandat dans la réalisation de trois dossiers phares : la pandémie de Covid-19, l’opérationnalisation de la Zone de libre-échange et l’initiation des réformes institutionnelles.

Pour sa part, l’Odep invite le président de la RDC à tenir compte d’un certain nombre d’axes prioritaires dans son programme. Les priorités, selon l’observatoire, sont la promotion de la transparence, la redevabilité et la participation citoyenne. « Ces trois axes constituent une condition de bonne gouvernance en RDC et en Afrique. Nous avons jugé opportun de lui proposer quelques priorités que nous souhaitons le voir défendre et promouvoir … », indique l’observatoire.

L’Odep lui demande également de déclencher les mécanismes de mise en œuvre d’une grande réforme. Dans son analyse, il va plus loin en proposant de véritables pistes de solution durable. Il est impérieux, note l’observatoire, de mettre en place une structure nationale dédiée aux réformes des finances publiques comme le Coref en RDC. « Les différents gouvernements doivent mettre à disposition des moyens financiers suffisants pour le fonctionnement de ces structures »

Par ailleurs, la réforme doit viser également une meilleure organisation progressive de la société civile africaine pour son implication dans la gestion financière publique. Sur ce point précis, il faut s’inspirer des expériences d’autres pays dans les domaines visés, poursuit-il.

Enfin, l’observatoire fait état aussi de l’impulsion nécessaire des gouvernements africains dans la mise en œuvre des réformes administratives et financières, ainsi que de l‘appui des partenaires au développement et d’autres institutions. S’adressant personnellement à Félix-Antoine Tshisekedi, l’Odep appelle à une lutte acharnée pour annihiler les différents obstacles fondamentaux à la construction d’une bonne gouvernance  dans la région. « Il faut veiller à faire disparaître la corruption, le clientélisme et la captation des marchés », estime l’Odep.

Pour rappel, Tshisekedi a été officiellement porté à la tête de l’UA en marge de la 34ème session des chefs d’État et de gouvernements africains. Son mandat s’étend sur une période d’une année, soit de 2021 à 2022.

ADIAC