fr
fr
Bitcoin
59,874
Bitcoin
$ 64,117
Bitcoin
59,874

La privatisation : comment ça marche ? Avantages et inconvénients.

Privatiser : une voie de recours très souvent empruntée par les pays en voie de développement. Est-ce une bonne alternative ou une dérobade des États aux responsabilités ?

La privatisation est le fait pour un État de céder les actions d’une entreprise publique au secteur privé, renonçant à ses parts de dividende moyennant une somme d’argent fixée par les deux parties. Par cette action, l’État se désengage de toute responsabilité concernant le fonctionnement de l’entreprise.

Généralement, les pays qui y ont recours évoquent le renforcement des caisses de l’état et la compétitivité du secteur. Il est constaté en effet, que lorsqu’une entreprise devient le domaine du privé, elle est plus compétitive, car axée sur les performances, les résultats, les profits; ce qui bien évidemment n’est pas l’apanage des entreprises publiques, qui ne sont pas à concurrencer et s’offrent d’ailleurs souvent des prérogatives et particulièrement dans les pays africains.

La privatisation permet ainsi le développement d’une industrie compétitive au service du consommateur; l’accès aux  ressources, au savoir-faire et aux marchés qui permettent la croissance; l’agencement d’une saine répartition du pouvoir  dans l’entreprise; l’élargissement et l’approfondissement des  marchés financiers; enfin, l’obtention du meilleur  prix possible à la vente. À titre d’exemple, entre 1990 et 1993, l’ex union soviétique a effectué une série de privatisations avec à la clé la part moyenne du PIB national attribuable au secteur privé  passée de 20% à plus de 50% en trois ans (selon les données du site ifc.org).

Il faut toutefois reconnaître que la privatisation n’emporte pas la palme d’or des avantages et donc n’est pas une panacée aux troubles économiques. De prime abord, elle n’est rentable que lorsque l’entreprise est cédée à prix fort. Aussi, le secteur d’activités n’a pas automatiquement un concurrent et alors, en l’absence de la régulation étatique, il existe une libre circulation qui n’est plus guère au service du consommateur, contrairement aux idées reçues. En outre, privatiser est quelques fois une politique qui vise la réduction de la dette publique brute, ce qui à long terme, ne sert pas les intérêts communs.

Cette action permet tout de même de préserver des milliers d’emplois au sein d’entreprises au bord du gouffre; alors face à l’incapacité de gérer, céder ses actifs à un opérateur privé demeure une bonne solution.